Rechercher
  • Diane Garance

Interview spéciale "suspects" de Panique à l'institut.



Hello tout le monde,


Aujourd'hui je vous propose de découvrir quelques-uns des personnages de Panique à l'institut sous un angle particulier. Par un concours de circonstance malheureux - ou pas - ils vont tous passer dans le bureau des inspecteurs Théo Gardavout et Joey Tapeau en vue d'éclaircir certains points de l'enquête.

Je vous laisse découvrir ci-dessous leurs alibis. Vous m'en direz des nouvelles...


Ps: nous sommes dans le sud de la France, n'oubliez pas de lire avé l'accent.




.....................................................................................................................................



Où étiez-vous samedi entre 16h et 23h ?



Paulette

Eh ben, petit, j'ai préparé une belle tarte aux abricots pour la vieille Delattre, et une mousse au chocolat avec. J'ai porté le tout à l'institut et j'ai mangé des saucisses sur la plage.

Alors ? Tu m'arrêtes pour contrebande de tarte ou je peux m'en aller ?

Vous autres les poulets, vous courrez jamais derrière les vrais assassineurs !



Madame Chapon

Moi ? Et pourquoi cette question ?

J'étais à la boulangerie, derrière mon comptoir, comme tous les jours depuis 40 ans !

L'institut ? Non, je n'y suis pas passé.

Non, je ne suis pas fâchée, mais je ne vais plus là-bas. Pas tant qu'elles ne choisissent pas mieux leur clientèle.



Monaco

Vous savez parfaitement où je me trouvais. A l'institut, et jusque tard.

Evidemment que j'y ai croisé Madame Delattre, elle avait rendez-vous à 16h.

Nous l'avons raccompagnée après sa séance.

Non, pas chez elle ! Raccompagnée à la porte.

Ensuite nous avons préparé et mangé un barbecue sur la plage et je suis rentrée me coucher.

Non pas seule, vous le savez, puisque c'est vous qui êtes venus me réveiller le lendemain. J'étais avec Léonie.



Sylwia

C'était mon premier jour de ménage à l'institut.

Je suis la maman de Léonie.

Ce n'est pas du travail non déclaré ! Ce n'est pas parce que j'ai l'accent slave que je suis en situation irrégulière ! Les filles sont honnêtes et droites.

J'étais chimiste. Oui, je sais ce qu'est l'acide cyanhydrique. Non, je n'en ai pas plein les poches.

Je veux parler à un avocat.



Ellen et Jacques

En tant que maire, j'aimerais saluer le travail des forces de l'ordre. Mon épouse et moi-même nous félicitons d'avoir de telles pointures au service de la communauté.

Où nous étions ? Ellen, tu leur dis ?


Nous étions à la mairie, voyons.

Des témoins ? Aucun, désolée. Mon époux et moi-même avons travaillé seuls.


Cela ne pose pas de problème ? N'est-ce pas Théo ?

Ouf ! L'espace d'un instant, j'ai cru que tu nous interrogeais réellement.



Léonie

J'étais à l'institut. Quelle journée ! Ca n'a pas arrêté ! Avec ces chaleurs, toutes les femmes veulent être impeccables pour aller sur la plage. Moi, je les comprends, après un hiver complet emmitouflé dans les vestes et les pantalons, on a envie de mettre ses gambettes à l'air et de prendre un peu le soleil.

Comment ça, stop ? Ah oui, vous trouvez que je parle trop. C'est exactement ce que me dit tout le temps Mona. Mais elle, elle le fait avec bienveillance. Pas comme Mathilde. Elle, je sais pas ce qu'elle a en ce moment, mais elle est sèche et cassante. C'est peut-être à cause de ses nouvelles fréquentations, mais résultat, avec Mona, on est ses souffres douleurs.

Comment ça, c'est fini ?



Alan

Comment ça, où j'étais ? Eh, les gars, vous le savez bien, j'étais ici.

Je me suis pris la tête avec les wc de votre chef. Ils étaient complètement bouchés.

Après, je suis passé vite fait au barbecue des filles sur la plage, et je suis rentré chez moi.

Non, je n'ai jamais eu affaire à Madame Delattre directement, mais croyez qu'elle ne m'aurait pas pourri la vie comme elle l'a fait avec les filles.



Mathilde

Théo Gardavout et Joey Tapeau, c'est vos noms de clown ou juste vos vrais noms ?

Outrage à agent ? Oula, j'ai trop peur !

Bon, venez-en aux faits, j'ai un rendez-vous qui m'attends.

Non, l'institut est fermé, vous y avez mit des scellés. J'ai un rendez-vous personnel, si vous préférez. Je n'ai pas de temps à perdre avec deux bons à rien.

Vous suivre en cellule de dégrisement ? Vous voulez me faire un tour de magie ? Je vous préviens tout de suite, votre compte en banque ne correspond pas du tout à mon type d'homme.



Isabelle et Alain

Vraiment, Inspecteur, je ne saurais vous répondre. Chéri, tu te souviens ?

Ah, oui, le barbecue.

Nous étions au barbecue avec tous nos amis et notre fille Mathilde.

Que voulez-vous dire par "elle est en cellule de dégrisement" ?

Qu'avez-vous fait à notre fille ???

Alain ?!? Je t'en prie, interviens ! Fait quelque chose. Ces, ..., ces brutes maltraitent notre fille.

Appel Jean-Nathan De La Supière !

C'est notre avocat, il va s'occuper de canaliser votre zèle, monsieur l'agent.

Inspecteur ?!

Oui, eh bien c'était avant...



Louis

C'est Mathilde qui m'a contacté pour fleurir l'institut. Non, ce n'est pas ma petite amie.

Elle vous aura menti.

Je suis venu au barbecue, en effet. J'y étais invité.

Faite votre travail, enquêtez et vous découvrirez qui m'y a convié.



.....................................................................................................................................


Alors ? Qui sont vos chouchous ?

Pour mieux les connaître, ainsi que tous ceux qui les accompagnent dans cette histoire, je vous invite à lire Panique à l'institut, le polar-comedy qui dépoile !



















28 vues0 commentaire