Rechercher
  • Diane Garance

# interview Alex-H-S.

#interviewauteur #roman #book #comptoirdelaculture #alexhs



Hello les piliers !


Je suis de retour !!!!

J'espère que vous avez tous passé un bel été et que vous êtes motivés pour une nouvelle saison au comptoir. (pour ma part, j'ai une pêche d'enfer. C'est quand les prochaines vacances?😜)

Pour ouvrir la saison de la chasse, je vous ai cuisiné un chevreuil de première qualité.

La talentueuse Alex H.S. en personne !


Vas-y, Alex, lance toi!

 

Alex H-S.

Bonjour et bienvenue. Peux-tu te présenter en quelques mots ? Hello, maman de trois enfants, la quarantaine bien sonnée, mariée, je suis assistante administrative par goût, auteur par plaisir, praticienne reiki par conviction et amie par amour.


D'où te vient la passion de l'écriture ? Je suis née dans une famille où l'on aime les livres, la littérature. Certes, chacun la sienne, mais les livres sont des choses de valeurs. Dès l'âge de 8 ans, j'ai commencé à écrire des poèmes, qui m'ont servis à me libérer de mes émotions cachées à l'adolescence.


Depuis quand écris-tu ? Mon tout premier roman a été commencé à l'âge de 12 ans, suite à un coup de cœur pour un garçon. Si moi, je n'arrivais pas à l'avoir, mon héroïne l'aurait ;) . J'ai fini ce roman à l'âge de 18 ans. Ensuite, j'ai rencontré mon mari et l'écriture n'a plus eu de raison d'être. C'est durant un arrêt de travail prolongé que je me suis remise à écrire, j'avais attaqué la quarantaine. Depuis, le virus ne me quitte plus.


D'un point de vue "création", quelle est ton étape préférée ? Et celle qui te plaît le moins ? Celle que j'aime le moins, c'est la dernière partie des corrections, celle où je traque la moindre petite faute, la plus petite coquille, la ponctuation manquante ou en trop. Je suis exigeante, je déteste rendre quelque chose qui n'est pas parfait. Et souvent à trop vouloir en faire, on fait des erreurs où il n'y en avait pas. Ma partie préférée est celle de la première relecture. Celle où les personnages me laissent enfin le droit à la parole sur leur histoire.


Quel est ton genre littéraire ? La romance. Mais la romance contemporaine, celle qui parle de femmes et d'hommes que l'on peut croiser au coin de la rue, à la boulangerie. Des personnes auxquelles on peut facilement s'identifier. Récemment deux idées me sont venues, une fantastique et une d'aventure. J'avoue que la seconde commence à me titiller.


Parle nous de tes ouvrages Dans tous, les sentiments, les émotions ont la priorité. Quelques scènes chaudes sont présentes mais uniquement si elles sont justifiées. Mes personnages sont inspirés de personnes que j'ai rencontrées, sauf pour Arlinda qui ont tous été imaginés. D'ailleurs, beaucoup le sont au fil de l'histoire. Bien que ce soit des romances, l'amitié y a un rôle très important et les amis sont très présents. Dans chacun, il y a des anecdotes de ma propre vie, allant jusqu'à prêté les emplois que j'ai occupés à mes héroïnes. Pour les lectrices qui ont lu tous mes ouvrages sortis, si elles ont été assidues, elles auront pu voir qu'il y toujours un détail, un personnage d'un roman qui lie son histoire d'origine à une autre.



Un extrait à nous partager ? Ce disant, il lâche ma main et se place derrière moi pour m’enlacer par la taille. Nos corps appuyés l’un contre l’autre se reconnaissent. Jamais le mien n’a réagi de manière aussi sanguine, aussi intuitive. Je pose mes mains sur les siennes. Il dépose un baiser dans mon cou et je ferme les yeux. Je savoure ce moment. La légère brise qui nous caresse le visage, l’odeur de l’eau du bassin qui nous chatouille les narines, le parfum de Toni qui s’y mêle et commence à me faire perdre la tête, son corps, sa tendresse qui m’entoure… je me sens aimée, protégée. Heureuse, tout simplement.

J’ouvre les yeux. Les lampadaires, de part et d’autre du Palais de Cristal, s’allument. Leur lumière orangée ajoute une touche d’irréel au décor, approfondissant mon sentiment de rêve. Je tourne la tête vers Toni et grave le moindre détail de son visage dans mon cœur. À cet instant, une évidence me frappe. Je suis tombée amoureuse.


Pourquoi cet extrait ? Parce que je suis une romantique derrière mes airs de grosse dure. J'aime les moments où les gestes ont plus de signification que les mots, les moments partagés à deux où seule compte la présence de l'autre, le moment où l'on prend conscience de ce que l'on ressent.


Quels sont tes projets ?

Beaucoup d'idées attendent dans la bannette leur tour pour être développées. Malheureusement pour elles, elles ne le seront pas dans l'ordre d'arrivée mais en fonction de l'inspiration du moment, de celle qui viendra frapper à la porte de mon cerveau. La sage Arlinda est en cours d'écriture pour le 3° volet, le dernier arrivera sûrement bien plus tard. Je pense qu'après celui-ci viendra le tour d'un roman d'aventures.


Que conseillerais-tu aux personnes qui veulent se lancer dans l'écriture ?

Fait toi plaisir ! Pour moi, l'écriture est avant tout quelque chose d'égoïsme. Après tout, on écrit seul, on écrit souvent ce que l'on a envie de lire, alors se faire plaisir en écrivant est important. Ne jamais forcer, ça se sentirait dans le texte. Si pendant l'écriture d'un roman, l'inspiration te manque, laisser le temps faire les choses, si tes personnages viennent te harceler, surtout écoute-les. Une fois, je leur ai tenu tête, résultat, j'ai du supprimer la vingtaine de pages qui ne leur convenaient pas pour être débloquée. Je te jure, ils sont vraiment susceptibles ! Et si jamais, misère de misère, une autre histoire s'impose à toi pendant l'écriture d'un autre roman, pour lequel l'inspiration te quitte, tant pis. Ecrit. En gros, ne force jamais, écrit ce que l'inspiration te souffle sinon tu risques de perdre un truc bien.

Quelle lectrice es-tu ?

Je lis un peu de tout, tout dépend de mon humeur, de mon envie. Sauf du dark. J'en ai lu une fois, eh bien ce sera la dernière. Les biographies et les témoignages ne sont pas mes tasses de thé non plus


En 2-3 phrases, continue ce texte.

Il est onze heures du soir, Johann regarde sa montre et se demande ce qu'il allait bien pouvoir se préparer à manger pour demain midi. S'il voulait grapiller quelques minutes de sommeil demain matin, il fallait qu'il s'endorme en sachant quoi mettre dans sa gamelle. Quelle galère de devoir manger. Et quelle perte de temps !


Comme tu es membre du Comptoir, tu dois bien avoir une petite blague à nous raconter ?


En fait non. Je taquine beaucoup et j'adore charrier notre Monique nationale mais niveau blague, je suis nulle.

gif

Peux-tu nous donner les liens pour te suivre et se procurer tes livres ?

Amazon pour le plus simple : clic

Sinon sur ma page facebook pour quelque chose de plus personnalisé avec goodies


Le mot de la fin ?

Quoi que vous fassiez dans votre vie, faites-le en harmonie avec vos convictions profondes, faites-vous plaisir. Sans être égoïste, ne vous oubliez jamais


 

Merci Alex pour cette première interview de la rentrée.


Allez, on se retrouve le mois prochaine avec une nouvelle victime.

Bizzz

Diane

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout